promiscuité


promiscuité

promiscuité [ prɔmiskɥite ] n. f.
• 1731; du lat. promiscuus « mêlé »
1Assemblage d'individus très différents, dont la réunion a un caractère disparate ou contraire aux bienséances ( mélange). La promiscuité des taudis. Vivre dans la promiscuité.
2Situation d'une personne soumise à des voisinages nombreux et désagréables; ces voisinages (une, des promiscuités). « Depuis que sa nature s'affinait, il se trouvait blessé davantage par les promiscuités du coron » (Zola). Les promiscuités de l'hôpital, du métro.

promiscuité nom féminin (latin promiscuus, mêlé) Situation dans laquelle quelqu'un se trouve soumis à un voisinage désagréable ; le voisinage lui-même : La promiscuité des plages.promiscuité (citations) nom féminin (latin promiscuus, mêlé) Jean Giraudoux Bellac 1882-Paris 1944 Cette fosse commune de la vie qu'est la promiscuité. Pour Lucrèce, I, 2, Lucile Grasset

promiscuité
n. f. Voisinage fâcheux qui gêne ou empêche l'intimité.

⇒PROMISCUITÉ, subst. fém.
A.Vieilli ou littér. Mélange ou entassement confus, assemblage disparate de choses abstraites ou concrètes. Toute une saleté de matériel hors d'usage, amenée là à coups de balai, des quatre coins de la maison, et achevant d'y pourrir en paix dans une promiscuité dernière (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 1er tabl., 2, p.29). Hier j'ai mal agi puisque c'était hier et je pressens aujourd'hui le jugement sévère que je porterai sur moi demain. Pas de promiscuité, surtout: je tiens mon passé à distance respectueuse (SARTRE, Mots, 1964, p.198):
1. En dépaysant les oeuvres d'art, on les altère; en les entassant, on les déprécie. Belles dans leur cadre original, elles deviennent insignifiantes et vulgaires dans la promiscuité des salles de musées où, trop nombreuses, elles s'étouffent.
RÉAU, Archives, bibl., musées, 1909, p.2.
B. —Assemblage, voisinage de personnes de moeurs, de milieux, de races ou de sexes différents dont le contact paraît choquant ou contraire à la bienséance. Promiscuité honteuse, avilissante; vivre dans la promiscuité. L'étrange éducation que la jeune femme donnait à l'enfant; les familiarités qui firent d'eux des camarades; plus tard, l'audace rieuse de leurs confidences, toute cette promiscuité périlleuse finit par les attacher d'un singulier lien, où les joies de l'amitié devenaient presque des satisfactions charnelles (ZOLA, Curée, 1872, p.481). À mesure que l'heure approche, la foule des ivrognesses augmente. La caisse est assiégée, il y a des contestations aux portes. Le guichet va s'ouvrir. Et Marie, la femme d'Yves, est là aussi, dans cette promiscuité immonde, tenant le petit Pierre par la main (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p.359).
En partic. Rapprochement sexuel de personnes contraire à un code moral ou une loi. Synon. concubinage, collage (pop.). Les couvents de femmes, fouillés en 1848 par mes amis (...), témoignèrent de la vérité du bruit qui courait, qu'elles vivaient dans une étonnante promiscuité avec leurs prêtres et moines, livrées indistinctement à tous et souvent enceintes (MICHELET, Journal, 1861, p.575). Les vieilles accusations de promiscuité flottaient encore autour de ce ménage et la prude Mary en souffrait (MAUROIS, Ariel, 1923, p.241). Il me fallait, le soir venu, les promiscuités érotiques de ces splendides accueillantes pour me refaire une âme (CÉLINE, Voyage, 1932, p.283).
ANTHROPOL. Promiscuité (sexuelle). Relations sexuelles soumises, chez les peuples primitifs, à des règles impératives. La maison des hommes Bororo est ouverte aux hommes mariés, celle des Sherenté est réservée aux célibataires; c'est un lieu de promiscuité sexuelle chez les Bororo, la chasteté y est impérative chez les Sherenté (LÉVI-STRAUSS, Anthropol. struct., 1958, p.140).
C.Mod. Proximité, entassement de personnes résultant d'une situation particulière (généralement d'une exiguïté de lieu), ressentie comme désagréable ou néfaste moralement ou physiquement. Promiscuité de caserne, de palier, de prison, de table. L'étude de la philosophie me paraissait alors exiger un recueillement peu compatible avec l'atmosphère des classes et la promiscuité des camarades (GIDE, Si le grain, 1924, p.518). Tous ces facteurs, auxquels s'ajoutent pour certains l'hérédité, le mauvais exemple, les promiscuités dues à l'exiguïté du logis, les suggestions de la rue, constituent le danger moral auquel sont exposés nombre de jeunes (Encyclop. éduc., 1960, p.202):
2. Des années de vie commune et de promiscuité animale avaient étouffé en nous, je ne dis pas la vraie délicatesse (au contraire, pour beaucoup nous étions devenus fort susceptibles à la moindre nuance du coeur), mais du moins cette délicatesse des moeurs qui naît du confort, de l'espace et de la liberté, toutes richesses fabuleuses qui nous apparaissaient alors comme d'un autre monde.
AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p.158.
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist.1. 1731 «assemblage d'individus, de sexes ou de milieux différents, dont la réunion à un caractère disparate ou contraire aux bienséances» (TERRASON, Sethos, t.2, p.239); 2. 1832 «mélange confus» (BALZAC, L. Lambert, p.37). Dér. sav. de promiscuus «mêlé, indistinct, confondu», dér. de promiscere «mêler avant» (de pro «avant», v. pro- et de miscere «mélanger», v. miscible). Fréq. abs. littér.:129. Bbg. GOHIN 1903, p.262.

promiscuité [pʀɔmiskɥite] n. f.
ÉTYM. 1752; dér. du lat. promiscuus « mêlé, commun ».
1 Assemblage, vie en commun d'individus, de sexes ou de milieux différents, dont la réunion a un caractère disparate ou contraire aux bienséances ( Mélange; confusion). || La famille ne dispose que d'une seule pièce et vit entassée dans une promiscuité de tous les instants. || La promiscuité des taudis. || Promiscuité écœurante, répugnante… || Vivre dans la promiscuité.
Situation d'une personne soumise à des voisinages nombreux et désagréables; ces voisinages.
(Une, des promiscuités). || Les promiscuités de l'hôpital, du métro…
1 (…) l'œil, en s'enfonçant dans la pénombre du hangar, distinguait des corps, des formes, des têtes assoupies, des allongements inertes, des guenilles des deux sexes, une promiscuité dans du fumier, on ne sait quel sinistre gisement humain.
Hugo, les Travailleurs de la mer, I, V, VI.
2 Depuis que sa nature s'affinait, il se trouvait blessé davantage par les promiscuités du coron. Est-ce qu'on était des bêtes, pour être ainsi parqué (sic), les uns contre les autres (…) si entassés, qu'on ne pouvait changer de chemise sans montrer son derrière aux voisins ! Et comme c'était bon pour la santé, et comme les filles et les garçons s'y pourrissaient forcément ensemble.
Zola, Germinal, III, III.
3 Dans les chambres groupées autour d'une cour intérieure, d'innombrables familles mêlent dans une promiscuité ignoble leur vermine, leurs maladies, leurs animaux et leurs enfants.
Jérôme et Jean Tharaud, Marrakech, VII.
2 (Mil. XIXe). Littér., rare. Mélange confus. || « La promiscuité des idiomes » (Renan, in Larousse).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Promiscuité — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La promiscuité désigne la proximité physique d êtres vivants dans leur environnement. Elle peut être facteur de stress et d épidémies. La promiscuité… …   Wikipédia en Français

  • promiscuité — (pro mi sku i té) s. f. Mélange confus et désordonné, en parlant des personnes. •   Je parle de cette promiscuité civile qui confond les deux sexes, J. J. ROUSS. Ém. V.    La promiscuité des femmes, la communauté des femmes. •   La promiscuité… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PROMISCUITÉ — n. f. Mélange confus et choquant. Il ne se dit qu’en parlant des Personnes. La promiscuité des sexes causait de grands désordres dans cet établissement. Il y a avait dans cette réunion une écoeurante promiscuité. Il a cruellement souffert des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • PROMISCUITÉ — s. f. Mélange confus et désordonné. Il ne se dit guère qu en parlant Des personnes. La promiscuité des sexes causait de grands désordres dans cet établissement …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • promiscuité —    Mélange confus, communauté entre fouteurs et fouteuses.         Jetons l’innocence à la borne;    Mettons la pudeur au rebut.    Des époux trompés le tricorne    A cessé d’être un attribut.    Les sexes s’effacent,    Malgré les mœurs, les… …   Dictionnaire Érotique moderne

  • Promiscuité (population) — Pour les articles homonymes, voir Promiscuité (homonymie). La notion de promiscuité désigne aujourd hui la grande proximité physique entre différents individus d une même population ou de populations différentes, animales (dans un élevage par… …   Wikipédia en Français

  • Promiscuité (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La promiscuité désigne la proximité physique d êtres vivants dans leur environnement. Elle peut être facteur de stress et d épidémies. La promiscuité… …   Wikipédia en Français

  • Mode promiscuité — Promiscuous mode Promiscuous mode (traduit de temps en temps en « mode promiscuité »), en informatique, se réfère à une configuration de la carte réseau, qui permet à celle ci d accepter tous les paquets qu elle reçoit, même si ceux ci… …   Wikipédia en Français

  • Maladie emergente — Maladie émergente L OIE définit (en 2006) les maladies émergentes comme des infections nouvelles, causées par l évolution ou la modification d un agent pathogène ou d un parasite existant. Le caractère nouveau de la maladie se traduit par exemple …   Wikipédia en Français

  • Maladie Émergente — L OIE définit (en 2006) les maladies émergentes comme des infections nouvelles, causées par l évolution ou la modification d un agent pathogène ou d un parasite existant. Le caractère nouveau de la maladie se traduit par exemple par un changement …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.